Marilyn Waring - Sexe, mensonges et mondialisation - Who's counting

"Who's counting ? Sexe, mensonges et mondialisation. Rencontre avec Marilyn Waring."

Si Les Femmes Comptaient
Documentaire long métrage de Terre Nash
(Titre original : "Who's counting? Sex, lies and global economics")


Si cette planète vous tient à coeur,
si l'emploi, l'économie, l'environnement,
le partage équitable des ressources du globe
sont des sujets d'intérêt pour vous,
alors vous devez voir ce film…

Pour un nouveau regard sur la justice, l'économie politique
et la place des femmes dans le monde


Pour chaque soldat la dépense moyenne est de 132 000 FF/an. Pour chaque enfant d'âge scolaire la dépense moyenne d'éducation publique est de 2 280 FF/an. Le coût d'un seul nouveau sous-marin nucléaire équivaut au budget annuel d'éducation de 23 pays en voie de développement avec 160 millions d'enfants d'âge scolaire.

Introduction

En 1975, lors de l'année internationale de la femme, à l'âge de 22 ans, Marilyn Waring devient le plus jeune membre et la seule femme du parlement de la Nouvelle-Zélande. A l'âge de 24 ans, elle devient présidente du prestigieux comité des dépenses publiques, lequel examine tout le budget parlementaire de Nouvelle-Zélande. À ce titre, elle voyage dans 35 pays, et découvre que les règles qui gouvernent les finances de son propre pays sont internationales. Dans ce film, Waring dénonce un système économique international malade qui a des conséquences pour chacun sur cette planète et pour la planète elle-même.


…Sexe

Les gens qui contribuent visiblement à l'économie sont ceux qui sont pris en compte dans les mesures politiques. Si vous n'êtes pas visible en tant que producteur dans l'économie d'un pays, vous n'aurez pas de visibilité au moment de la répartition des avantages.

Marilyn Waring a beaucoup voyagé dans les pays en voie de développement. Dans chaque pays, elle a passé une journée avec une femme de son âge . Elle témoigne de l'énorme étendue du travail non reconnu des femmes à la surface du globe.

L'intervention internationale dans les pays en voie de développement transforme souvent une économie de subsistance en une économie d'exportation censée apporter la croissance. Les familles sont forcées de quitter leurs terres et d'aller dans les centres urbains pour laisser la place à l'agriculture extensive et à l'industrie. La pauvreté s'accroît alors que ses familles deviennent une source de main d'oeuvre bon marché. Une activité florissante qui en tire avantage est le commerce du sexe. Dans les pays comme la Thaïlande ou les Philippines, des petites filles de 9 ou 10 ans peuvent être achetées pour être utilisées par les hommes étrangers adeptes des sex tours. L'argent gagné par ces filles est souvent la seule source de revenu de leur famille. Même si ces activités sont illégales, elles sont suffisamment importantes pour être incluses dans les statistiques du PIB parce qu'elles produisent des revenus.

Les femmes représentent plus de 50 % de la population mondiale, cependant elles n'occupent pas plus de 10 % des sièges dans les législatives nationales. Dans un gouvernement sur trois, il n'y a aucune femme dans les plus hautes instances décisionnelles.


…Mensonges

On nous dit que les choses s'améliorent. Mais il saute aux yeux que la qualité de notre air se détériore, que nos systèmes d'éducation trahissent les plus pauvres, qu'il y a davantage de pauvreté, davantage de sans abri. Peut-être que nous sommes en pleine croissance. Le PIB augmentera peut-être, mais le PIB n'a absolument rien à voir avec le bien-être de la collectivité.

En Angleterre, durant la 2ème guerre mondiale, John Maynard Keynes et Richard Stone ont écrit un livre appelé " Comment financer la guerre ". Richard Stone y a développé les idées qui ont été adoptées en 1953 comme la base du Système des Comptes Nationaux des Nations-Unies. Toutes les nations doivent appliquer les règles de l'UNSNA sinon elles ne peuvent pas être membre des Nations-Unies, ni obtenir des prêts du Fonds Monétaire International, ni être financées par la Banque Mondiale.

La seule chose qui compte dans ce système, c'est l'argent. Une activité ne compte que si elle a sa place dans le marché monétaire. Ainsi le système exclut l'environnement et le travail non rémunéré des femmes.

Comme Waring le dit "si vous ne parlez pas leur langage, leur jargon, vous êtes hors sujet". Les soi-disant " prêtres " de l'économie ont créé leur propre jargon, empêchant les gens ordinaires de comprendre ces concepts.


…Économie mondiale

C'est dans l'intérêt des exportateurs d'armes de s'assurer qu'il y ait toujours une guerre en cours quelque part.

Le commerce international d'armes est la principale industrie en expansion dans le monde. " Tuer ou se préparer à tuer est hautement valorisé dans le système économique international. La guerre se vend bien. La guerre rapporte. La guerre contribue à la croissance et au développement. Mais la mort, la pauvreté, les blessures et la faim causées par la guerre ne sont même pas enregistrées comme un déficit ".


Rencontre avec Marilyn Waring

Si vous êtes élu pour représenter le peuple, vous devez être prêt, à tout moment, à démissionner pour vos principes. Cela n'est pas un emploi à vie. Ca fait partie de votre boulot de défendre vos principes, pas de rester assis et d'attendre que les électeurs vous sortent.

Quand Waring rejoignit le mouvement grandissant contre la présence de navires nucléaires dans des ports néo-zélandais, les Etats-Unis violaient incontestablement un traité néo-zélandais interdisant les installations nucléaires de toutes sortes dans les limites de son territoire souverain. Le gouvernement qui avait été élu avec une majorité de seulement une voix fut forcé d'appeler à un vote rapide sur cette question. Waring, qui a voté contre son parti, a vu tomber son gouvernement. Alors que Waring était perçue comme instigatrice, symbole et championne de la bataille, le prix Nobel de la paix fut attribué à David Lange, leader du nouveau gouvernement. Un autre exemple de l'invisibilité.

De sa maison dans la campagne de Nouvelle-Zélande, Waring a appris beaucoup des Maoris qui ont vécu en harmonie avec leur environnement depuis d'innombrables générations. Ils se voient eux-mêmes comme partenaires de la terre, des autres et du futur.

Leur système était parfaitement cohérent, économiquement et écologiquement, appris des traditions des peuples indigènes. Pourquoi changer cela ? Pourquoi se conduire d'une autre façon ?


WHO'S COUNTING est un long-métrage documentaire provocateur et pénétrant qui fourmille d'idées novatrices : avec ironie et intelligence, à l'aide d'exemples très concrets, Marilyn Waring y démystifie le langage économique pour faire émerger une autre vision de l'économie - une vision qui peut changer notre façon de vivre sur cette planète.

Produit par L'Office National du Film du Canada en 1995, WHO'S COUNTING est aujourd'hui disponible en version originale sous-titrée français (Voir la page "Achat").

Les chapitres du documentaire

1 - Le voyage de l'Exxon Valdez
Ce chapitre d'introduction nous familiarise avec le concept d'économie comme système de valeur. La beauté intacte du panorama marin de la Nouvelle-Zélande est comparée aux dommages causés à la vie marine par les nappes de pétrole. Waring utilise la marée noire de l'Exxon Valdez pour montrer comment la destruction de l'environnement n'est pas comptée comme un déficit - en fait elle accroît le PIB de l'Alaska et est donc considérée productive en termes économiques (8' 31").

2 - L'ALENA avant après
Waring met à nu le côté négatif des Accords de Libre Echange Nord Américain (ALENA) et des traités commerciaux similaires, dénonçant la rhétorique politique utilisée pour défendre de semblables marchés (2' 17").

3 - Turangawaewae : l'endroit ou se tenir debout
Waring rappelle sa victoire électorale en 1975 comme plus jeune femme membre du parlement Néo Zélandais, représentant une circonscription électorale rurale et conservatrice. Le mot Maori Turangawaewae signifie " un endroit où se tenir debout ". (7' 12")

4 - Temps… qu'à faire
Comme Présidente du Comité des Comptes Publics Néo-zélandais, Waring perfectionne l'art de la question naïve découvrant de sérieuses imperfections dans le système économique. Elle explore l'idée que le temps est une valeur d'échange de base, surtout dans le cas du travail non rémunéré et non reconnu des femmes à travers le monde. (11' 24")

5 - Cathy
Nous visitons une halte-garderie dans la circonscription rurale de Waring pour rencontrer Cathy, une maîtresse de maison et une mère productive et occupée, qui est considérée comme improductive par les économistes conventionnels (3' 32").

6 - Ben
Ben, un employé bien payé d'un site américain de missiles nucléaires, passe des jours entiers à attendre une hypothétique commande de lancement. Des questions essentielles se posent sur l'attribution de valeur par le système économique. (2' 10")

7 - Un Néo-Zélandais a autant besoin du nucléaire qu'une dinde de Noël
Waring raconte qu'elle a fait tomber son gouvernement en 1984 sur le principe de la liberté nucléaire néo-zélandaise, et réfléchit sur les rapports entre nos principes et la politique. (5' 48")

8 - Menée en bateau
À New-York Marilyn Waring nous explique le Système de Comptabilité National des Nations-Unies : son développement historique, sa structure, et ses conséquences dévastatrices (10' 44").

9 - Chasseurs de têtes
Tournée au Salon aéronautique de Dubai 10 mois après la guerre du Golf, cette séquence fait froid dans le dos : elle montre comment le système économique valorise la mort et la guerre. (8' 13").

10 - Si les femmes comptaient
Waring examine les Philippines comme un microcosme des pays en voie de développement où la majorité des gens travaille de longues heures pour des revenus de plus en plus faibles, alors que les richesses sont concentrées entre de moins en moins de mains. Une petite élite possède 90 % des terres, 20 millions d'habitants sont sans abri, les femmes et leurs familles sont chassées de leurs terres pour laisser la place à une agriculture plus rentable destinée à l'exportation. (8' 52").

11 - Kaimoana : à la facon Maori
Deux amies Maori de Marilyn ramassent des coquillages sur une plage locale, tout en expliquant leurs coutumes traditionnelles Maori, lesquelles sont fondées sur des centaines d'années de préservation de la nature. Waring explique la manière dont cela a influencé sa vision du monde. (3' 15")

12 - Sur la plage
Avec la diminution de la couche d'ozone comme point central de ce chapitre, Waring montre l'absurdité de créer un monde invivable à la seule fin d'accroître le PIB (1' 33").

13 - Plus important que l'or
Waring rappelle sa campagne pour sauver le Mont Pirongia d'une exploitation minière. Elle met en avant que les écosystèmes font partie d'une activité économique durable, importante et invisible. (8' 26").

14 - Quelles alternatives ?
Waring parle des stratégies du futur dans sa conférence de Montréal. (5' 11").

15 - Agir !
Waring élève maintenant des chèvres en Nouvelle Zélande, activité qui la relie aux nombreuses femmes qui vivent de l'agriculture dans les pays en voie de développement (2' 50").

Quelques articles écrits par Marilyn Waring

Sexisme et contrevérité dans l'économie mondiale : une main-d'oeuvre invisible

Le fumier, un cadeau qui fait plaisir

L'économie du crottin

Le crottin et le Système de comptabilité nationale des Nations-Unies

Quelques articles écrits par Marilyn Waring

Marilyn Waring speaks at Red and White Club Global economists addresses effects of unpaid labour and the environment - 09/03/2000, Julie Creaser

Speech by Dr Marilyn Waring, Lecturer, Massey University to the Local Government New Zealand Conference - 13/07/1999, Auckland

Livre : "Counting for nothing"

Qui est Marilyn Waring ?

VOUS ÊTES-VOUS JAMAIS DEMANDÉ pourquoi, alors que la richesse s'accroît dans le monde, l'environnement et des millions de gens sont laissés pour compte ?

VOUS ÊTES-VOUS JAMAIS DEMANDÉ si quelqu'un se préoccupait de ce problème ?

LAISSEZ-NOUS VOUS PRESENTER MARILYN WARING, éleveuse de chèvres, ancienne députée de la Nouvelle-Zélande, professeure d'université, économiste de réputation mondiale et auteure de If Women Counted : A New Feminist economics (publié par Harper & Collins, San Francisco, 1988). Personne n'aborde l'économie planétaire avec autant de vigueur, d'humour et de clarté.

Ils distribuaient à profusion ces documents jargonnants.
J'ai attendu mon tour et dit : Que signifie tout cela ?
Pourriez vous me traduire ça en Anglais ?

Quand Marilyn Waring fut élue au Parlement néo-zélandais en 1975, à l'âge de 22 ans, elle pensait qu'elle pourrait un jour retourner à ses premières amours, la musique classique. Elle n'imaginait pas qu'elle serait réélue 3 fois, précipiterait la chute de son gouvernement et deviendrait la première porte-parole d'une économie mondiale féministe.
Spirituelle, irrévérencieuse et accomplie dans ce qu'elle appelle l'art de la question naïve, Marilyn Waring défie les mythes de l'économie, son élitisme, et notre acceptation tacite des programmes politiques qui présentent comme objective la politique économique.

En effet, Native (originaire) de la nouvelle Zélande, Marilyn Waring a gagné le respect international en tant qu'auteure, comme figure politique et comme économiste. L'auteure "Des femmes, de la politique et du pouvoir" et de "Si les femmes comptaient : de nouvelles sciences économiques féministes", est le sujet du documentaire long métrage "Who's counting ? Sexe, mensonges et mondialisation. Rencontre avec Marilyn Waring.", une production de l'office national du film du Canada.

Elle est entrée dans la vie publique très tôt, lorsqu'elle a été élue en 1975, l'année internationale des femmes, en tant que plus jeune députée jamais élue au parlement de la Nouvelle-Zélande, représentant une circonscription électorale agricole conservatrice dans la partie occidentale du pays. Après avoir étudié la musique classique, elle est venue à la politique électorale à contre-coeur, mais elle a rapidement assumé diverses responsabilités politiques, la plus notable étant celle de Présidente de la Commission nationale des comptes publics, une expérience qui devait être formatrice pour son travail postérieur sur les sciences économiques.

En 1984, elle a quitté la politique sur une question de principe dans une démarche fortement citoyenne qui a fait tomber le gouvernement ; elle s'est retiré du parti au pouvoir sur la question de la Nouvelle-Zélande sans nucléaire, ce qui a provoqué une élection d'urgence dans laquelle la même question s'est trouvé au centre de la scène. L'élection devait être une victoire retentissante pour les forces antinucléaires et subséquemment la Nouvelle-Zélande est devenue le premier pays au monde se déclarant sans nucléaire.

Waring a alors entrepris une grande étude sur le rôle des femmes dans les sciences économiques, voyageant à travers le monde et les pays en voie de développement. Sa recherche l'a conduite à l'étude approfondie du système des Nations Unies des comptes nationaux (UNSNA) au siège social de l'ONU à New York. C'est alors qu'elle a rencontré John Kenneth Galbraith qui l'a encouragée à écrire "Si les femmes comptaient".
Waring vit maintenant dans son ancienne circonscription électorale où elle élève des chèvres, et travaille sur un certain nombre de livres, y compris une collection d'essais sur ses intérêts personnels et politiques. Elle est maître de conférence en politique sociale et en travail social à l'université de Massey en Nouvelle-Zélande, et elle est également conférencière dans d'autres universités dans l'ensemble de la Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis. Elle a régulièrement travaillé en tant que consultante pour des organismes comme l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le fond de développement des Nations-Unies pour la femme(UNIFEM).

Culture Hors Sol   -   Richesses du Présent   -   Contact   -   Liens